Après plusieurs mois d’attente, les négociations entre les commissions du syndicat des enseignants guinéens et celle du gouvernement ont repris ce mercredi 29 août au ministère de la Fonction publique sise à Kaloum. La rencontre d’aujourd’hui va porter essentiellement sur l’ouverture d’un couloir de négociation sur les 8 millions comme salaire de base pour les enseignants.

Par ailleurs, ces négociations entre le gouvernement et le syndicat avaient été entamé au mois de mai dernier, puis suspendues le 4 mai, suite à la démission  du gouvernement dirigé par Mamady Youla.

Selon le chargé de communication de la structure ses préalables sont entre autres : « La réhabilitation dans leurs droits, des enseignants qui ont été soient mutés arbitrairement, pour fait de grève, la bancarisation des salaires des nouveaux enseignants et la dépolitisation de l’enseignement. Aussi, il n’est pas question de s’asseoir sur une même table de négociation, avec celle qui est allée vandaliser les locaux du SLECG », a déclaré Mohamed Bangoura,.

Le chargé de communication du SLECG, fustige l’attitude de certains responsables de l’éducation, qui selon lui politisent l’école guinéenne. Le SLECG va demander leurs départs.

Poursuivant il ajoute : « Dr Ibrahima Kourouma, Morlaye Condé, DPE de Dalaba, Morlaye Yattara, Mory Sangaré, Alhassane Diakité et Kasimir Diawara, sont des éléments sur lesquels nous devons statuer. Et demander à ce que Dr Ibrahima Kourouma et son équipe, se retire su système éducatif car nous voyons très mal la politisation de l’école»,indique t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here