La grève déclenchée depuis le début de l’année scolaire sur toute l’étendue du territoire nationale par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) démontre plutôt autre chose chez les enseignants et élèves de la circonscription éducative de Kankan.

Selon le constat fait par la rédaction locale de universguinee les cours vont bon train dans les établissements, enseignants et élèves répondent tous présent depuis le lundi chose qui ne laisse pas indifférent le secrétaire général du bureau régional du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) qui appel les appels à observé le mot d’ordre de grève.
A Kankan, la grève déclenchée par l’intersyndical SLECG n’est suivit que par un groupuscule d’enseignant par conséquent depuis ce lundi toutes les écoles primaires comme secondaires, publiques comme privées les cours sont dispensés sans perturbation par un personnel d’enseignant disponible.
Ce fait ne laisse pas indifférent Ibrahima Kalil Condé alias IKC secrétaire général du bureau régional du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheur de Guinée SLECG à Kankan « Nous avons décidé de déclencher la grève, mais aujourd’hui je ne peux pas vous dire que la grève est suivit à 100% à Kankan, Siguiri, Mandiana, Kouroussa, Kérouané les enseignants ont la peur au ventre et ils continuent d’aller en classe, ignorant que la grève est un droit constitutionnel, ignorant que le SLECG ne fait pas contre un gouvernement ni contre ce régime, mais c’est l’amélioration des conditions de vie et de travails de l’ensemble des enseignants et enseignantes de ce pays » A-t-il dit.
Sur la lancée, le doyen Ibrahima Kalil Condé ne manque pas de lancer ce message « le message que j’ai à lancer à l’endroit des enseignants et enseignantes qui ont la peur au ventre, je veux leur dire que le bonheur ne se donne pas s’arrache, pour les 40% j’ai lutté pour eux, même ceux qui sont contre la grève ont mangé, personne n’est allé me dire prend 1fg, j’ai les deux mains à l’air, personne ne me réclamera un chou, c’est de la même manière que je suis en train de me battre et je me battrai pour eux » A-t-il dit.
A retenir qu’à Kankan, c’est un véritable bras de fer qui larve entre le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheur de Guinée et la nouvelle jeune structure syndicale, Syndicat de l’Education Nationale créée le mois de septembre passé.
Si d’un côté le premier appel à observer la grève, le second appel plutôt a boycotté ce mot d’ordre de grève.
Mais pour l’instant c’est bien le Syndicat de l’Education National qui a la main mise sur le secteur de l’éducation à Kankan.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here