Kankan:12 heures après leur arrestation par les forces de sécurité obéissant aux ordres du Préfet hier Mercredi .

Lors d’une marche pacifique non autorisée par les autorités locales pour dénoncer le gel de leur salaire du mois d’octobre à Kankan, les 16 enseignants ont été libérés tard dans la soirée d’hier (22h) puis escorter par le Préfet Aziz Diop en personne jusque dans leur différent domicile.

L’arrestation de ces enseignants grévistes avait fait plonger la commune urbaine de Kankan dans un émoi sans précédent et à causer l’interpellation de plusieurs élèves qui réclamaient leur libération.

Tard dans la soirée, sous instruction  du Préfet Aziz Diop ils ont été libérés et conduits dans leurs différentes familles.

Sur les conditions de son arrestation ainsi que celles ses collègues le secrétaire général du bureau régional du SLECG à Kankan Ibrahima Kalil Condé IKC martèle « J’ai été enlevé par M. Préfet à 8h au carrefour Komarala loisir où j’avais invité les camarades membres du bureau préfectoral du SLECG à venir me rencontrer pour qu’on se déplace ensemble dans une marche pacifique pour nous rendre à la DPE afin protester contre le gel de nos salaires et la mutation arbitraire que sont victime certains enseignants a été empêcher par M. Préfet et qui est venu m’arrêté en personne » A-t-il dit.

Poursuivant, il dit avoir été conduit après son arrestation à la police routière où il a été retenu jusqu’à 17h puis conduit à la CMIS jusqu’à 22h avant que le Préfet ne vienne le libéré « Le Préfet m’a conduit à la police routière où ils m’ont gardé jusqu’à 17h, ensuite ils m’ont conduit à la CMIS où je suis resté jusqu’à 22h et le Préfet est venu me chercher pour me déposer chez moi » A-t-il dit.

Le doyen Ibrahima Kalil Condé ne désarme pas, il promet de continuer le combat dans la paix dans les jours à venir « Le mouvement continu dans la paix,  s’ils veulent nous rendre responsable de l’instabilité et de la déstabilisation de la cité, nous avons dit non loin de ça, notre mouvement continue dans la paix » A-t-il dit.

A noter que selon bon nombre d’observateur la libération du secrétaire général du SLECG à Kankan IKC et Cie est un ouf de soulagement pour éviter une nouvelle journée de tension entre les élèves et les forces de l’ordre dans la cité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here