Décidément, l’homme politique n’a toujours pas dit son dernier mot, suite à une invitation liée aux acteurs médiatiques, Monsieur Bah Oury s’explique sur sa position politique actuelle, qui pour lui reste et demeure inchangée.

Visiblement, Bah Oury, n’est pas prêt à accepter son exclusion de l’Union des Forces Démocratique de Guinée (UFDG) dont il réclame encore la paternité.

Ce dimanche à l’AG Fouty-Lafidy, alors qu’il était l’invité spécial de cette rencontre hebdomadaire, le président de l’UFDG-renouveau, a promis de faire son retour, sous peu, à la tête de cette formation politique.

« Je n’ai jamais quitté l’UFDG, j’en suis son premier vice-président… Je tiens à rencontrer le ministre de la justice par rapport à la décision de la cour d’appel pour lui rappeler que ça fait deux ans que la cour d’appel tarde à rendre le verdict et que cela me pénalise dans mes objectifs politiques. Si la fin de 2018 arrive et que cela n’est pas fait, je porterai plainte à la cour de justice de la CEDEAO pour accélérer la procédure. Je suis le premier vice-président de l’UFDG qui remplace le président en cas d’empêchement et je vous rassure que dans peu de temps, je serai le président de l’UFDG », promet-il.

Plus loin, Bah Oury, promet de faire une surprise dans quelques semaines : « Vous (journalistes ndlr), serez surpris de ce qui va se passer dans quelques semaines. Ce sont les militants de l’UFDG qui viendront me chercher pour me dire d’être à la tête de l’UFDG », dit-il avec le grand sérieux dans le visage.

Au-delà de l’UFDG, il faut noter que Bah Oury s’est exprimé, par ailleurs, sur d’autres sujets notamment l’installation de l’exécutif communal de Ratoma.

Sans pour autant le dire ouvertement, l’ex ministre de la réconciliation, a laissé entendre laisser la voix de son élu aller à l’UFDG, estimant avoir des gens parmi les élus de ce parti politique, capables de changer les réalités de la commune de Ratoma.

Mohamednana BANGOURA

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here