Il lui est reproché d’être « ethnocentriste » dans le traitement de ses informations. Mais depuis lors, les messages de solidarité et de soutient, en sa faveur, fusent de partout. Et parmi les voix, les plus inattendues, celle du préfet de Kankan, Aziz Diop.

 « Mouctar Bah, n’est pas un ethnocentriste ». C’est qu’a déclaré le jeudi dernier dans les locaux de la radio rurale, le premier magistrat de la préfecture de Kankan, dans son discours de clôture, prononcé à la faveur de l’installation d’un bureau préfectoral du Syndicat de la presse privée de Guinée.

Pour appuyer son point de vu, Aziz Diop, a ténue à rappeler le rôle essentiel qu’à joué le journaliste Mouctar Bah, dans l’instauration de la démocratie en Guinée.

« En matière de journalisme, Mouctar Bah, est un cas pratique de la Guinée. C’est lui, qui a fait le plaidoyer, c’est lui qui a défendu Alpha Condé, quand il était en prison, c’est lui, qui a mit la pression sur la communauté Internationale ».

Poursuivant sur la même lancé, il s’inscrit en faux, contre les allégations d’ethnocentrisme, qui vise, le confrère Mouctar Bah.

« C’est aujourd’hui qu’on dit que Mouctar Bah est un raciste ou qu’ils soutient les peuls. Ce n’est pas vrai ! C’était un des conseillers du président Alpha Condé. Mais Mouctar Bah, que tu l’aime ou pas, il dit son intime conviction. Parce qu’il est ingérable ».

Enfin, toujours fidèles à ses idéaux, Aziz Diop, en dépit de tout ce qu’on apprend, assure que c’est le respect qui lie le chef de l’Etat et le journaliste Moucar Bah.

« Alpha Condé, il respecte Mouctar Bah. A un moment donné de l’histoire, il a aidé le professeur Alpha Condé, c’est ça qu’il faut reconnaitre ».

A noter que le correspondant de l’AFP et de Rfi, Mouctar Bah, ne pourrait adresser une nouvelle demande d’accréditation à la Haute Autorité de la communication qu’à partir du mois de février prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here