Une nouvelle mobilisation des gilets jaunes a eu lieu ce samedi 24 novembre un peu partout en France. D’après le ministère de l’Intérieur, 106 000 personnes ont défilé dans tout le pays, dont 8 000 à Paris où les choses ont dégénéré avec, à la clé, 42 interpellations suite à des violences sur les Champs-Elysées. Le mouvement faiblit, mais se poursuit. Un coup dur de plus pour Emmanuel Macron, dont la popularité n’en finit plus de plonger et qui a exprimé sa « honte » sur Twitter.

 

Cliquer ici pour voir le diaporama en grand format

Les «gilets jaunes» qui dénoncent la baisse du pouvoir d’achat en France se sont réunis sur les Champs Elysées à Paris, ce samedi 24 novembre 2018.©REUTERS/Benoit Tessier

Un peu plus de 106 000 personnes ont manifesté samedi en France, dont 8 000 à Paris, dans le cadre de l’ « Acte 2 » du mouvement de ras-le-bol fiscal des « gilets jaunes », a annoncé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner dans la soirée. Le ministre a fait état 1 619 actions sur la voie publique, soit un peu plus d’un tiers de la mobilisation constatée il y a une semaine, de près de 300 000 personnes.

Au total, 130 personnes ont été interpellées en France, dont 42 à Paris, où l’occupation des Champs-Elysées a été émaillée de violences et dégradations. Les affrontements avec les forces de l’ordre s’y sont déroulés tout l’après-midi avant que la situation ne commence à revenir à la normale en début de soirée. Les manifestants voulaient atteindre le palais de l’Elysée mais ils ont été stoppés avant la place de la Concorde. Le président Emmanuel Macron a réagi sur Twitter en exprimant sa « honte » et en dénonçant les actes de violence.

Emmanuel Macron

@EmmanuelMacron

Merci à nos forces de l’ordre pour leur courage et leur professionnalisme. Honte à ceux qui les ont agressées. Honte à ceux qui ont violenté d’autres citoyens et des journalistes. Honte à ceux qui ont tenté d’intimider des élus. Pas de place pour ces violences dans la République.

19,2 k personnes parlent à ce sujet

Toute la classe politique concernée

Le désaveu exprimé par les « gilets jaunes » concerne l’ensemble de la classe politique. Preuve du malaise des partis face à ce mouvement venu de la base, beaucoup de dirigeants de formations politiques soutenaient ce samedi les « gilets jaunes ».

Le Rassemblement national, la France insoumise, Les Républicains, partis communiste et socialiste étaient derrière les manifestants mais aucun, mis à part le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, ne se sont affichés aux cotés des manifestants. Ni Marine Le Pen, ni Jean-Luc Mélenchon, ni Laurent Wauquiez, qui avait pourtant franchi le pas le week-end dernier.

Un mouvement très hétérogène

Une mise en retrait qui s’exprime sans doute par un constat : celui d’un mouvement très hétérogène ou se côtoient -chose rare- gauche, droite, extrême droite, extrême gauche, abstentionnistes et même des déçus du macronisme.

S’il est un gagnant politique à la journée de ce samedi, c’est peut-être Marine Le Pen. En l’accusant d’être à l’origine de la présence de « séditieux » au sein des « gilets jaunes » sur les Champs-Elysées, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a placé, encore une fois, la présidente du parti d’extrême droite en position d’opposante numéro un.

Source:Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here