A tort ou à raison, en Guinée tout le monde le crie bien haut et fort, devenez ministre aujourd’hui et prenez (détourner) des fonds de la nation demain, pour ne pas être traité de fils maudits, après demain.

Et ça, c’est sûre que K2, le sait mieux que quiconque dans ce pays

Pour tout vous dire, K2 c’est l’homme qui pour sauver notre miséreux système éducatif, s’était porté volontaire à prendre en main la destinée du département de l’enseignement pré-universitaire, qu’il a ensuite rebaptisé ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.

Venu comme un héros, il est reparti à zéro. Annoncé comme le messie, il a été finalement démis.

Du titre d’enseignant à celui de ministre, en passant par celui de Directeur communal de l’éducation dans la plus grande agglomération de la capitale Conakry à Matoto, l’on ne peut que lui reconnaitre, cette réputation d’avoir gravi tous les échelons. Ibrahima Kalil Konaté a su faire parler de lui.

Dès ses premiers pas il a posé des actes et annoncé des réformes qui ont marqué, élèves, enseignants et parents d’élèves.

En effet, pour organiser les examens scolaires en 2017 l’Etat guinéen a débloqué 80 milliards GNF, mais le chef du département de l’enseignement pré-universitaire d’alors Ibrahima Kalil Konaté n’a dépensé que 49 milliards GNF et à retourner dans la caisse de l’Etat, le montant restant à  savoir les 31 milliards GNF.
Honnêteté ou hypocrisie ?  En tout cas, son prédécesseur  Ibrahima Kourouma, durant ses années de gestion, n’a  jamais retourné un seul centime après l’organisation des examens nationaux en Guinée.

 Pour cela, K2, a même été félicité par le chef de file de l’opposition guinéenne Cellou Dalien Diallo. D’ailleurs on ne peut résister à l’envie de savoir, si ce dernier pourrait agir ainsi à sa place ?

Bon on récapitule, accueillis, par la grande porte des gouvernants sous l’ère Condé, il en est ressorti par la plus étroite.

Oups ! Au fait, le gentil bonhomme,  se serrait même  fait été éjecté par le grand Fama lui-même.

Son honnêteté et son intégrité, n’ont rien pu faire pour le sauver quand il se faisait griller.

Le pauvre, il aurait peut-être pu comprendre que, ces types de comportements, n’ont jamais garanti une place au sein des gouvernements guinéens, et encore moins aux côtés du chef de l’Etat.

Je sais que vous vous égrenez de nombreuses  personnalités dans la tête, qui gravitent comme des voyous dans l’entourage du Fama national, mais qui ne sont prêt de se faire booter d’abord. Ils mangent d’abord.

Pour en revenir à K2, un an après sa nomination, il a été dégommé par le président Alpha Condé lors du récent remaniement ministériel en compagnie d’Albert Damantang Camara et le capitaine du navire Mamadi Youla pour semble-t-il mauvaise gestion de la crise qui sévissait dans le secteur de l’éducation guinéenne.

Eh ben, aujourd’hui, tenez vous bien,  le pauvre K2 se retrouve confronter à un problème de loyer.

En fait, il devrait à son concessionnaire un loyer de trois mois impayés. Désormais, il est menacé, nous apprend-ton d’expulsion.

Attendez, et si…. il avait  fait disparaitre les 31 milliards de francs guinéen et se construire une belle villa et même devenir un opposant du régime Alpha Condé, c’est-à-dire rentré dans la politique comme Siaka Barry ?

« J’ai été l’un des ministres les plus malheureux (…). Durant les 14 mois que j’ai faits dans le gouvernement » il l’a reconnu chez les GG de la radio espace FM.

Avec un si, on pourrait mettre tout Paris dans une bouteille. Alors si, on pouvait rembobiner le passé, pour K2, retournerait-il encore les 31 milliards restants dans la caisse du pays ?

A vous de me le dire.

En attendant, SOS pour, l’ex homme fort de l’éducation,  Ibrahima Khalil Konaté allias K2.

Abdoulaye N’koya SYLLA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here