Bis-repetita, quand nous savons que, le pays a traversé un moment très malmené avant le crépuscule du pouvoir de Lansana Conté, Kassory Fofana qui détient le principal levier du pouvoir exécutif aujourd’hui, à cette époque, était le principal argentier de l’État.

Ainsi, nous avions vu les nouvelles formes de coupures de billets de Cent, Cinq-Cents, Mille et Cinq-mille Franc Guinéens sur le marché national, leur argument était que : << le pays embellie et sécurise sa monnaie !>>, pendant ce temps, l’économie nationale s’est détériorée, le pays a connu ses premières inflations et une série de planche à billets. La valeur monétaire finie par perdre son estime sur le plan international. Ceux qui devraient être des solutions, n’étaient que des opportunistes, qui profitaient de l’ignorance du Président Paysan pour se remplir les poches.

Sur cette allure, l’instrument d’échange et de mesure ne servait qu’à gérer le minimal quotidien des Pauvres Citoyens.

Au même moment, d’après nos sources, un conteneur rempli de Francs Guinéens, aurait été commandé par le Président Lansana Conté, dans l’objectif d’assouplir les difficultés économiques des populations. Mais contrairement à la commande officielle, un clan d’argentier de l’État aurait ajouté deux autres conteneurs, puis détourné :  » un conteneur et demi, de nouveaux billets de banque, qui étaient fraîchement fabriqués dans un pays asiatique, pour être mis sur le marché national, au nom Gouvernement « 

À cet effet, une enquête menée par une structure sérieuse, avait dévoilé que ce clan d’argentier aurait :  » détourné une somme d’argent estimée à 274 milliardaire de Franc Guinéen ! »

Une fortune illicitement acquise, qui aurait même permis à l’actuel premier ministre de sortir et vivre aisément aux États-Unis d’Amérique, pour approfondir sa formation et créer des entreprises qui résistent d’ailleurs au temps. Et selon ses proches, il serait devenu tout au long de sa formation, l’Étudiant le plus riche de sa promotion, qui d’ailleurs, apportait en classe des outils académiques en Or.

Pour ce qui concerne la nouvelle coupure de billet de deux miles, force est de pointer sur une contradiction sur la politique monétaire du Gouvernement actuel.
Premièrement, notre monnaie nationale étant l’une des plus faible du monde, le pouvoir actuel doit plutôt rendre possible, la consommation des petites coupures de billets au lieu d’en créer une autre.
Deuxièmement, nous devons être dans une convergence d’idée avec les autorités sous-régionale pour la Zone Économique et Monétaire Optimale, puisque cette ambitieuse initiative ouest-africaine a été décidé par la majorité des Chefs d’États de la CEDEAO. Autrement-dit, à l’horizon 2020, une nouvelle monnaie unique sous-régionale doit être matérialisée.

Quant à la nouvelle coupure des billets de Dix Milles, nous apprécions juste sa partie (Sécuritaire), néanmoins, nous estimons qu’il y aura une forte contradiction, entre le sens de la politique monétaire officiellement déclarée, et l’opportunité qu’elle créée déjà à une minorité de personnes pour continuer à profiter sur le dos des populations.
Premièrement, suite à une enquête, nous avons pu découvrir un réseau de détourneurs des caisses d’échantillons des nouvelles coupures de billets, qui à-partir du Port Autonome de Conakry, déroutent ces caisses, et les rendre secrètement propre, suite à un lavage manuel pour des fins personnelles.
Ce réseau de détourneurs, est composé de certains cadres de la Banque Centrale, du ministère de l’économie et des finances, du Budget, de la Primature, de la Présidence, des Affaires Présidentielles et un club de Commerçants.
Deuxièmement, il faut signaler le plan machiavélique, permettant aux boulimiques du pouvoir, de se préparer très conséquemment dans le domaine financier, pour continuer à se maintenir sur le trône, à travers le financement d’une campagne électorale à l’Américaine. Et puisqu’à la place des idées, les Politiques Guinéens sont plutôt spécialistes d’une campagne électorale purement ethnique et matérielle, devant un peuple affamé et assoiffé du bon vivre, le politique le mieux offrant, sera le mieux suivie. Ce qui était arrivé par exemple aux présidentielles de 2015, où les nouveaux billets de banque de Vingt-milles ont permis au pouvoir de financer aisément leur campagne électorale. Et nous savons la suite du Coup Chaos.

Ousmane KEITA.
Jeune Visionnaire, Consultant Politique et Citoyen de la République.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here