Ma lettre aux Députés Périmés

Mes cher(e)s Députés au mandat expiré, je vous écris cette lettre avec une colère saine, ma colère n’a rien de radicalité mais, je souhaite vous alerter du danger de toute cette violation de notre Constitution.

La huitième Assemblée Nationale a été élue en 2013. Présidée par Claude Kory Kondiano avec un effectif de 114 députés. Votre mandat est en phase de péremption depuis Janvier 2019.

Durant votre mandature légale, sauf Lansana Kouyaté qui a prôné pour la chaise vide, et à-partir de sa péremption, Dr Ousmane Kaba, lui a emboîté le pas.

Aujourd’hui, nous devons plutôt faire un débat objectif sur votre bilan, entant qu’anciens Représentant(e)s du Peuple. Pendant Cinq ans de vie parlementaire, qu’avez-vous changé en Guinée ?

Aucune enquête parlementaire n’a été initiée. Aucun dossier d’audit. Aucun contre-pouvoir face à ce régime présidentiel dans notre pays. Pendant ce temps, le Peuple qui vous a mandaté, subit le crime économique, politique et social.

Et malgré les conditions de vie de vos mandants, vous vous êtes permises des privilèges inestimables : près de 30 millions de FG par mois et par Député(e), les passeports diplomatiques, voitures de luxes, chauffeurs, gardes de corps, assistant(e)s parlementaires et maison de fonction etc…

Tout un paquet d’avantages, qui vous rend majoritairement aveugle, dans cette posture de forcing parlementaire.

À cet effet, bien qu’étant au courant du plan machiavélique, mis en place par le clan présidentiel, en la faveur d’un Pouvoir à vie pour Alpha Condé, vous voulez très politiquement mes cher(e)s Député(e)s au mandat expiré, continuer à siéger illégalement au Parlement.
Tandis-que l’article 2 de notre Constitution dit ceci : La souveraineté Nationale appartient au Peuple qui l’exerce par ses représentants élus ou par voie de référendum. Cette loi de la République, interdit à toute personne au mandat expiré de continuer à exercer une partie du pouvoir qui appartient au Peuple. À force de l’a violée, vous rentrez très salement dans l’histoire.

Dans ce cadre, plusieurs plans sont envisageables :
1) Nous risquons, un glissement de calendrier électorales, permettant au Président de la République, de se maintenir à la présidence de façons illégale, au-delà de la durée de son deuxième et dernier mandat. Exemple : (Scénario politique du Congo-Kinshasa)

2) Nous risquons, un projet de référendum pour la révision constitutionnelle ou une nouvelle Constitution, permettant au Président de la République, de se représenter à des présidentielles au nombre illimités. Exemple : (Scénario politique Cameroun)

3) Nous risquons, une transition politique téléguidée, permettant à un clan de revenir aux affaires publiques, après une série d’élections biaisées. Exemple : (Scénario politique du Congo-Brazzaville).

Dans cette vie, tout le monde a l’accès aux livres de l’histoire, mais seuls les Grands Hommes qui s’immortalisent dans l’histoire. Donc mes cher(e)s Député(e)s, évitez de nous dépiter. Prenez votre responsabilité en mains, soyez près du Peuple et assumez-vous.

En Guinée, la bonne Gouvernance s’imposera tôt ou tard, et si vous refusez de vous démarquer de cette déviance politico-juridique, vous serez très mal déshonorés mes honorables.

Veuillez agréer, Honorables Député(e)s, l’expression de mes salutations les plus responsables.

Ousmane Keita,
Analyste Politique,
Citoyen de la République.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here