Pour l’activiste béninois Kemi Seba, la question de la lon »gévité au pouvoir n’est pas le problème central en Afrique, mais plutôt ce que fait le dirigeant quand il est au pouvoir : « Des alternances sont des hypocrisies. Mais, je ne suis pas systématiquement contre l’alternance.  Quand un régime est dirigé par quelqu’un qui est mauvais il faut le changer », dit-il. En se focalisant sur les grands hommes d’Afrique Kemi Seba, nous déclare-t-il : « Thomas Sankara aurait dirigé 20 ans ou 30 ans le Burkina-Faso ne m’aurait pas gêné, Khadafi a dirigé pendant très longtemps la Libye ça ne m’a pas gêné, tant que vous vous battez pour votre pays pour que votre pays puisse accéder à certains nombres de choses ça ne me gêne pas ».

En présence des journalistes, en direct de l’émission « Surface de Vérité », Kemi Seba voit la démocratie sous un autre angle et selon lui, elle n’est qu’un concept inventé pour contrôler l’Afrique : « Le problème n’est pas le contenu de la démocratie, la démocratie est une marque qui appartient aux occidentaux qui vous disent comment sa fonctionne » et à chaque fois que vous prenez votre dimension patriotique pour le bien être de votre peuple, dérangeant parfois les intérêts occidentaux vous êtes  exclu de l’international socialiste, parce que vous ne répondez plus aux critères de la démocratie telle qu’ils l’aperçoivent.

Continua son intervention, il pendra l’exemple sur l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo.« Quand vous croyez au système et que le système ne croit plus en vous, vous êtes terminés », a-t-il affirmé.

Pour achever, L’activiste Kemi Seba nous a rappelé qu’on a le devoir d’instaurer le schéma pluri-muliticivilisationnel qui permet à chaque peuple africain de pouvoir s’organiser en fonction de ses réalités. Une manière de dire que « l’Afrique doit inventer sa propre démocratie ».

Gilbert Tounkara pour universguinee.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here