En marge de la 26ème journée internationale de la liberté de la presse qui s’est tenue ce vendredi 3 mai 2019 à Sheraton Grand de Conakry, les journalistes ont fait l’état général de la situation des hommes de média, des difficultés, des risques qu’encourt le métier du journalisme sont entre autre des sujets qui ont été au centre du débat.
À l’occasion de l’ouverture officielle de cette journée consacrée sous le thème ‘’le rôle des médias dans le renforcement de la démocratie’’, le Ministre d’État, Ministre de l’Industrie, des PME et conseiller spécial du Président de la République, Tibou Kamara, s’est réjouit de tous les efforts consentis par le gouvernerment guinéen pour faire de la liberté de la presse une réalité en Guinée.
« L’emprisonnement d’un journaliste aujourd’hui est une exception alors qu’hier c’était la règle. À ce jour il n’y a pas de journaliste qui se trouve en prison dans notre pays, il faut se réjouir de cela >>. Se réjouit -il.
Par la suite, le ministre d’État Tibou Kamara a rappelé la responsabilité d’un journaliste dans l’exercice de son métier avant de revenir sur la nécessité de la liberté de presse .
<< Je croirais véritablement à la liberté de la presse lorsque chaque journaliste pourra écrire ce qu’il veut de son journal et dans son journal >>, a avoué l’ancien journaliste devenu homme politique.
Gilbert Tounkara

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here