Vingt-et-un films sont en compétition au Festival de Cannes. Parmi eux, Atlantique, premier long métrage de la Franco-Sénégalaise Mati Diop.

Avec notre envoyée spéciale à Cannes, Élisabeth Lequeret

Atlantique commence dans une banlieue de Dakar, où des ouvriers décident de quitter le pays par l’océan pour un avenir meilleur. C’est un film qui mêle dimension documentaire et fantastique, lorsque des fantômes des jeunes disparus en mer reviennent envahir la ville.

À Cannes, c’est la première fois qu’une réalisatrice du Sénégal brigue la Palme d’or. À 37 ans, Mati Diop est considérée comme la relève du cinéma sénégalais. Fille du musicien Wasis Diop, nièce du cinéaste Djibril Diop Mambety, Mati Diop a fait ses premières armes comme actrice, dans les films de Thierry De Peretti, de Gabriel Aghion. Ou encore de Claire Denis.

Elle a mis cinq ans à monter son premier long métrage tourné en wolof et avec une équipe franco-sénégalaise. Un tournage qui lui a donné envie de filmer Dakar encore et toujours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here