Dans une déclaration rendue publique ce vendredi, 14 juin 2019 suite à la manifestion organisée par les opposants du changement constitutionel en cours en guinée à N’zérékoré, au cours de laquelle il y a un mort et plusieurs blessés, la coordination nationale du FNDC accuse les autorités administratives de N’zérékoré dont le préfet, le gouverneur et le maire d’être responsable de ces violences.
Oumar Sylla, chargé à la mobilisation et à l’implantation revient sur les propos du préfet, gouverneur de N’zérékoré qui avait juré de réprimer la manifestation
« Suite à la manifestation projetée mar le FNDC N’zérékoré le jeudi 13 juin 2019, le Gouverneur, le préfet et le maire de N’zérékoré avaient juré de réprimer ladite manifestation des militants de la démocratie. »


Pour la coordination du FDNC, cette répression est la réponse directe à l’appel lancé par le ministre Bantama et le député Damaro traquer les anti 3ème mandat.
« Cette décision de répression prise par les autorités de N’zérékoré est l’exécution de l’appel lancé par le député Amadou Damaro Camara et le ministre Bantama Sow de traquer tous les membres du Front National pour la Défense de la Constitution jusqu’à leur dernier retranchement. »
Cependant, ils tiennent pour responsables ces hauts commis de l’État de toutes les violences à N’zérékoré.
« Le Front National pour la Défence de la Constitution tient pour responsables des conséquences de cette situation, le Gouverneur, le préfet et le maire, le Député Amadou Damaro et le ministre Bantama Sow.
Par ailleurs, la coordination du FNDC ne semble pas réculer et lance un appel à ses militants à la mobilisation.
 » le FNDC lance un appel aux citoyens d’user de l’article 21 de la Constitution pour résister face à toute forme d’oppression. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here