Aux États-Unis, Donald Trump a remporté une victoire de taille sur le droit d’asile: la Cour suprême lui permet d’appliquer dès à présent une nouvelle réglementation destinée à réduire de manière drastique l’arrivée de migrants par la frontière américano-mexicaine.

Les migrants qui traversent plusieurs pays avant d’arriver à la frontière des États-Unis ne peuvent plus y faire leur demande d’asile. L’administration Trump les oblige désormais à solliciter d’abord le statut de réfugié dans les autres pays traversés pendant leur périple. Ce n’est qu’au cas où ce statut leur serait refusé par ces pays tiers que les migrants pourront demander l’asile aux Etats-Unis.

Donald Trump ferme ainsi la frontière sud aux dizaines de milliers de Honduriens, Salvadoriens et Guatémaltèques qui fuient la violence dans leurs pays. Mais cette mesure touche également tous les autres migrants qui tentent d’entrer sur le sol américain en traversant des pays tiers. Seuls les Mexicains, voisins directs des États-Unis, ne sont pas concernés.

La réglementation a été annoncéee par l’administration américaine en juillet, mais immédiatement suspendue par plusieurs Cours d’appel. Les juges conservateurs – désormais majoritaires – de la Cour suprême ont au contraire statué mercredi, que la mesure était applicable de suite quoi que temporairement pendant que la bataille judiciaire se poursuit. La directive pourrait toucher potentiellement plusieurs dizaines de milliers de personnes, souvent des familles avec enfants. Donald Trump, lui, s’est félicité sur Twitter d’une « grande victoire ».

Source: RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here