Le collectif des jeunes pour la cause de la République a déposé une plainte le 30 octobre 2019 au parquet général de la cour d’appel de Conakry contre Ousmane Gaoual DIALLO  député uninominal de Gaoual pour « menace d’assassinat contre l’institution du président de la République » qui pourrait avoir des conséquences d’attentat aux institutions républicaines.

« Vous savez dans notre pays le président de la République est une institution et il est protégé contre les offenses et toutes sortes d’atteintes à son intégrité, conformément à l’article 37 de la constitution. Nous avons pensé que ces propos violent un certain nombre de dispositions de nos textes de lois, quand nous prenons l’article 282 du code pénal guinéen et les articles 551-552 du même code pénal, il va falloir taper sur la table pour mettre fin à ce que nous appelons le terrorisme verbal qui est devenu le sport favori de certains nombres de politiciens » a soutenu Dorah Aboubacar KOITA coordinateur national dudit collectif

Pour Dorah Aboubacar, il est temps de limiter les interventions avec des propos déplacés. « Nous avons pensé qu’il faut passer à la vitesse supérieure, si on ne fait pas ça on risque de franchir la ligne rouge, alors que cela n’est pas bon pour notre pays, il faut que les choses se limitent à ce niveau là » a estimé le jeune activiste

Plus loin le CJCR d’enfoncer le clou. « Ces propos à caractère déplacé sont tenus par un représentant du peuple, je pense que c’est choquant et révoltant, on ne peut vraiment pas rester dans l’inaction face à cette situation. Nous prenons le taureau par les cornes et nous sommes prêts à mener cette bataille judiciaire jusqu’à la fin » s’est engagé Dorah Aboubacar

Pourvu que ces actions ne soient de deux poids deux mesures, réagissent certains observateurs d’autant que c’est un sport favori des acteurs politiques des deux grands partis du pays lors de leurs assemblées générales respectives où ça se distribue à l’emporte pièce

C’est pourquoi d’ailleurs, a déclaré le coordinateur du CJCR, le collectif va désormais se constituer en partie civile pour traduire toute personne qui se permettra de tenir des propos allant à l’encontre de nos textes de lois.
Laye BAYO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here