Alors que beaucoup ne parient plus sur la date du 16 février 2020 pour la tenue des élections législatives, la CENI semble déterminée à y aller.

De sources sûres, les commissaires ont commencé à se déploient depuis lundi, pour des missions à l’intérieur du pays. Il s’agit de l’accomplissement d’une des taches fondamentale du processus électoral : l’affichage du fichier et la correction des anomalies.

Cette opération devrait aider les 8 millions de guinéens majeurs qui sont enrôlés à s’assurer que leurs renseignements sont exacts et, à défaut, les corriger avant la délivrance future des cartes d’électeur.

Cette opération de 15 jours, (article 22 du code électoral révisé), devait voir lieu du 28 décembre au 11 janvier 2020, selon le chronogramme de la CENI. Un retard que l’institution électorale compte compenser ailleurs.

Laye BAYO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here