Bigori sous-préfecture de Mankounta dans la préfecture de Boffa abritera la troisième édition du Festival tournant de «danse D’mba et arts Baga» les 8 et 9 février 2020.

Les organisateurs ont animé une conférence à la maison de la presse ce lundi, 03 février 2020 pour annoncer les couleurs de ce festival qui compte réunir les différentes communautés baga de Boffa, Dubréka, Kaloum et de tout le littoral autour du masque D’mba pour mieux partager les valeurs sacrées de ce masque dit de la fécondité, devenu un symbole national.

A cette occasion, Edouard Binêh Bangoura, conseiller culturel de la structure organisatrice, a rappelé l’importance du masque D’mba dans le pays Baga avant de donner d’autres détails liés à ce symbole. «Ce masque rappelle les caractéristiques d’une femme nourrice. Très impressionnant par sa taille, son poids et son style, cet imposant buste d’où émerge la tête, figure un esprit assurant croissance, fertilité et fécondité», a rappelé Edouard Binêh Bangoura.

Ce masque, selon lui, apparaît aux moments cruciaux du cycle agraire, protège les femmes enceintes, lutte contre la stérilité, assiste aux mariages et guide les défunts vers le monde des ancêtres.

«Sous le buste, son porteur, enveloppé de raphia et de tissu noir, regarde à travers les fibres qui lui masquent le visage. Considérée par les Baga comme un très beau spectacle, la danse est cadencée au rythme de gros tambours (Séngbé) frappés par une quarantaine d’hommes», ajoute-t-il.

Selon les organisateurs, l’objectif dudit festival est aussi de faire connaître ce patrimoine culturel de la communauté Baga parce «qu’il nous parait hautement important de montrer à travers ce festival culturel tout l’intérêt de la connaissance de ce symbole national, pour lequel la communauté Baga demande la reconnaissance comme marque culturelle», a-t- il lancé.

Laye BAYO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here