Kindia : Panique au centre commercial Sans-loi après ultimatum de 72h donné aux commerçants pour quitter.

0
346

Le centre commercial Elhadj Ousmane Sans-loi sis au cœur du centre-ville de Kindia a été baillé en 2003 légalement avec l’Etat guinéen pour une période de 60 ans. Construit sur plus de 5000 carrées, les 1000 commerçants sont invités à quitter les lieux dans 72h après  la réception de la note d’information provenant du ministère de la ville et de l’aménagement du territoire. Donc mathématiquement, ils doivent quitter ce dimanche si la décision est maintenue.

Ainsi, cette information qualifiée de simple rumeur qui circulait sur la toile depuis des mois a été confirmée ce jeudi 29 octobre 2020 par l’antenne locale de la chambre de commerce de Kindia à travers son président par intérim. Une triste nouvelle pour les commerçants dudit centre commercial qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Des occupants qui ignorent cependant les réels motifs de cette décision.

C’est le cas de Mamadou Lamarana Sow commerçant dans ledit centre commercial « la rumeur courait il y a de cela des mois, mais ce n’est que ce début du mois d’octobre que la rumeur a commencé à se concrétiser. Ils ont commencé à distribuer des copies signifiant que nous devons quitter les lieux dans les 72h donc d’ici dimanche. Dans les copies c’est déjà notifié que nous devons quitter les lieux par ce que le propriétaire du centre Elhadj Ousmane Sans-loi n’aurait pas respecté certains engagements mais nous ignorons le contenu du contrat. Nous ne savons pas donc pourquoi nous devons quittet,» se demande-t-il.

 Cependant, le premier responsable par intérim de l’antenne locale de la chambre de commerce de Kindia dit avoir reconnu cette décision du ministère de l’habitat et d’aménagement du territoire: « effectivement, nous avons reçu un huissier de justice avec un dossier, il a donné aux commerçants. Le 15 octobre 2020 au cours d’une rencontre à la préfecture, les autorités locales nous ont informé en nous disant que les commerçants doivent quitter dans ce centre commercial. À notre tour, nous avons demandé à nos autorités notamment monsieur le préfet, madame le gouverneur, monsieur le maire et le directeur préfectoral d’habitat de sursoir à la démarche par ce que nous étions dans une période électorale. Comme le marché c’est pour tout le monde nous avons demandé une doléance pour maintenir nos commerçants pour une période au moins de trois mois », a affirmé Ousmane Baldé Bodjè.

Toutefois, il a plaidé auprès de l’Etat la cause des commerçants en ces termes : « nous demandons toujours à l’Etat guinéen de nous aider, de favoriser nos commerçants, par ce que si le centre commercial est touché, d’abord c’est la moitié du marché de kindia. IL y a plus de mille personnes qui exercent leur commerce sur ce lieu. C’est pourquoi nous demandons humblement à l’ensemble des autorités de la préfecture de kindia de maintenir nos commerçants jusqu’au mois de janvier ou décembre », plaidee Ousmane Baldé Bodjè.

 Reste à savoir si ce message tombera dans les oreilles attentives des autorités. Pour l’heure, les commerçants concernés sont plongés dans une profonde méditation tout espérant que l’Etat reviendra à de meilleurs sentiments .

Abdoulaye Cherif Keita depuis Kindia

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
28 ⁄ 7 =